Archives du mot-clé traitement

LE DIABÈTE SUCRÉ CHEZ LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

INTRODUCTION

Le mois de novembre est le mois de la sensibilisation au diabète chez les animaux de compagnie. Le diabète sucré est une maladie bien connue chez l’homme. Peu de gens savent qu’elle peut toucher également nos compagnons à quatre pattes !

QU’EST-CE QUE LE DIABÈTE SUCRÉ ?

Le diabète est une maladie hormonale, due à un manque ou à une action insuffisante de l’insuline, qui régule le taux de sucre du sang.

Le glucose, source d’énergie essentielle pour l’organisme

Le chien et le chat trouvent dans leur alimentation des sucres qui sont transformés en glucose lors de la digestion. Le glucose passe ensuite dans le sang pour être utilisé comme source d’énergie essentielle à tous les organes. En temps normal, cette utilisation est permise par l’insuline, une hormone qui fait passer le glucose du sang aux cellules qui composent les organes.

Lorsque l’insuline fait défaut ou n’agit pas suffisamment, le glucose ne peut passer dans les cellules, qui manquent alors de leur principal carburant. Le glucose s’accumule donc dans le sang, ce qui est à l’origine de différents troubles de santé pour l’animal diabétique.

QUELLE EST LA CAUSE DU DIABÈTE SUCRÉ CHEZ LES ANIMAUX DE COMPAGNIE ?insulin-syringe-2129490_960_720

Chez l’homme, le diabète se décompose en deux formes : Type I et Type II.

Ceux-ci sont également appelés diabète juvénile et diabète de l’adulte, ou diabète insulinodépendant et non insulinodépendant.

En bref, le type 1 est le type où le pancréas ne produit aucune insuline (chiens), et dans le type 2, le pancréas produit de l’insuline, mais pas assez (chats) ou il y a interférence avec son efficacité.

Certaines conditions endocrines comme la maladie de Cushing (glandes surrénales qui sécrètent trop de cortisol) et certains médicaments (cortisone) peuvent favoriser l’apparition du diabète

FACTEURS DE RISQUES

Alors que le diabète a été diagnostiqué chez les chiens et les chats de tous les âges, sexes et races, certains animaux sont à risques de développer la maladie.

FACTEURS DE RISQUE CHEZ LES CHIENS

  • Âge (les chiens d’âge moyen à plus âgés sont plus touchés)
  • Femelles non stérilisées
  • La génétique
  • Obésité
  • Race : ces races présentent un risque plus élevé de développement diabète :
  1. Cocker Spaniels
  2. Teckels
  3. Doberman Pinschers
  4. Bergers allemands
  5. Golden Retrievers
  6. Labrador Retrievers
  7. Poméraniens
  8. Terriers
  9. Caniches jouets

FACTEURS DE RISQUE CHEZ LES CHATS

  • Âge (les chats plus âgés sont plus sensibles)
  • Mâles stérilisés
  • La génétique
  • Autres troubles ou maladies susceptibles de causer une réduction d’insuline ou une résistance comme la pancréatite chronique (inflammation du pancréas) ou hyperthyroïdie (surproduction d’hormones thyroïdiennes)
  • Obésité
  • Inactivité physique

QUELS SONT LES SIGNES DU DIABÈTE SUCRÉ CHEZ LES CHIENS ET LES CHATS ?

Ainsi, les principaux signes cliniques du diabète sucré sont :

  • Manger excessivement
  • Boire excessivement
  • Mictions excessives
  • Perte de poids (à la longue…)

Les signes sont parfois subtils chez les chats.

Une démarche plantigrade est parfois observée chez le chat.

LE DIABÈTE A-T-IL DES CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET LA LONGÉVITÉ DE MON ANIMAL ? (Bref, est-on obligé de traiter ?)

Sans traitement approprié, le diabète sucré peut être à l’origine de graves complications. Mentionnons les plus communes :

  • Cataractes (peut mener à la cécité)
  • Infections urinaires (récidivantes)
  • Coma et la mort

TRAITEMENT

Première chose à savoir, les hypoglycémiants oraux ne sont pas très efficaces chez les animaux. Donc très peu utilisés en médecine vétérinaire.

Le principal traitement est l’insuline, qui doit être injectée toutes les 12 heures, parfois pour la vie de l’animal (des guérisons sont possibles chez les chats).

Des courbes de glucose doivent être effectuées régulièrement, idéalement par le propriétaire à la maison, ou en clinique.

Exercice (chien).

DES CHANGEMENTS ALIMENTAIRES DOIVENT ÊTRE EFFECTUÉS :

Chiens : diète réduite en calories et riche en fibres

Chats : diète riche en protéines et pauvres en hydrates de carbone.

PRÉVENTION

Considérant que l’obésité est un facteur de risque important pour l’apparition du diabète, garder son animal à un poids santé est une procédure simple et très efficace.

CONCLUSION

Gérer le diabète de votre chien ou chat nécessitera des efforts, mais les récompenses en valent la peine. Une fois contrôlé, la soif les mictions, l’appétit, et le niveau d’activité reviennent à la normale et ils sont moins susceptibles de développer des complications liées à cette maladie.

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.
Publicités

L’Élimination inopportune chez le chat

L’Élimination inopportune chez le chat selon les vétérinaires de la Clinique vétérinaire Lachine.

Lorsqu’un chat urine ou élimine des selles dans la maison, hors de son bac à litière, ce n’est jamais agréable. Ce comportement s’appelle l’élimination inopportune. Et ce dernier est le comportement indésirable le plus fréquent rencontré chez le chat.

Causes

Les causes l’élimination inopportune peuvent être divisées en deux: les causes médicales et les non médicales.

Causes médicales

Au chapitre des causes médicales, les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine pensent immédiatement aux problèmes urinaires comme une cystite (infection de vessie) ou la présence de pierres dans la vessie. Ces conditions génèrent beaucoup de douleur et les chats qui en sont atteints ont tendance à vouloir uriner très souvent, mais en petite quantité où qu’ils soient lorsque la douleur devient trop intense.

D’autres maladies comme l’insuffisance rénale, l’hyperthyroïdisme et le diabète pour ne nommer que celles-là, provoquent une soif excessive, associée naturellement à des mictions fréquentes. Les chats atteints de ces conditions arrivent difficilement à se retenir et vont parfois uriner à l’extérieur de leur bac lorsqu’ils ne peuvent le rejoindre à temps.

Certaines maladies gériatriques comme l’arthrose peuvent aussi provoquer de l’élimination inopportune. Si le bac est placé sur un comptoir ou dans un endroit qui n’est pas facilement accessible, le chat arthritique va avoir beaucoup de difficulté à y accéder. Même chose si les parois du bac à litière sont très hautes, le chat peut alors avoir beaucoup de difficulté à y monter et n’aura d’autres choix que d’éliminer ailleurs.

Finalement, les maladies du système digestif comme les colites, les parasites intestinaux, la constipation, un blocage ou l’infection des sacs anaux peuvent entraîner de l’élimination de selles dans la maison.

Causes non médicales

Mis à part les causes médicales, on peut diviser les grandes causes non médicales en trois catégories: l’aversion, la préférence et le marquage. Pour ce qui est de l’aversion, un chat peut ne pas aimer son bac, le type de litière utilisé, ou l’endroit où il est situé. Par exemple, si le bac est placé dans la salle de jeux des enfants, il est fort possible que le chat hésite à se rendre à son bac.cat-336270_960_720

Les fortes odeurs qui se dégagent parfois du bac, lorsqu’il n’est pas nettoyé assez souvent peuvent parfois décourager le chat d’y aller. Les litières parfumées font parfois fuir certains. Finalement, certains  détergents à base d’ammoniac ont la fâcheuse propriété de laisser une odeur résiduelle déplaisante pour les chats, qui ne l’oublions pas, ont un odorat beaucoup plus développés que le nôtre et qui vont alors éviter d’aller dans le bac.

Le type de litière utilisée peut aussi provoquer de l’aversion chez certains chats, que cela soit dû à la texture ou à la quantité inadéquate.

Le nombre et le style du bac à litière peuvent aussi être à l’origine de l’aversion et de l’élimination inopportune. Pensons à un bac de taille inadéquate, beaucoup trop petit pour un gros chat ou à l’inverse beaucoup trop haut pour un chaton. Certains bacs sont de nos jours pourvus de couvercle et cela ne fait pas toujours l’affaire des félins.

En ce qui a trait à la préférence, on peut dire qu’un chat peut préférer un substrat plutôt qu’un autre. Il peut préférer la litière agglomérante à celle faite de gravier d’argile traditionnel. Il peut aussi préférer un endroit plutôt qu’un autre, surtout si le bac est dans un endroit trop achalandé. Dans certains cas, la texture et la propreté de certains endroits tels, le tapis du salon, le plancher de la salle à manger, certains tissus comme les vêtements ou le plastique peuvent paraître plus attrayants pour un chat.

Marquage

Finalement, le marquage est un comportement normal chez les chats, c’est leur façon de laisser leur carte de visite, de marquer leur territoire  ou d’attirer une congénère. C’est cependant très désagréable! Les chats et chattes non stérilisés ont une façon bien particulière de marquer : ils le font principalement debout, en laissant s’échapper des petites quantités d’urine sur des surfaces verticales. Certains chats et chattes stérilisés vont marquer leur territoire en urinant sur certains objets appartenant au propriétaire. Chez ces animaux, ce type de marquage est souvent associé à la présence de chats extérieurs. Il peut aussi être une manifestation de l’anxiété chez certains chats et chattes. Notez bien que l’incidence de ce type de marquage augmente avec le nombre de chats vivant sous un même toit. Une étude mentionne une incidence de 100% dans les familles où vivent 10 chats ou plus.

Traitement

Voyons maintenant comment corriger le problème.

Aucune punition!

En tout premier lieu, vous devez vous assurer que votre chat ne souffre pas d’un problème médical. Vous devrez donc consulter les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine.

Il est primordial de nettoyer les endroits souillés. Nous vous recommandons fortement d’utiliser des produits qui vont neutraliser complètement les odeurs et non pas un produit masquant tels certains parfums. Pour plus d’information à ce sujet, communiquez avec nous. Vous pouvez aussi couvrir les endroits souillés avec un plastique épais. Cela peut avoir pour effet de décourager le chat d’éliminer à cet endroit.

S’il s’agit d’élimination inopportune reliée au phénomène d’aversion, vous devez faire un entretien impeccable du bac: retirez les selles du bac au fur et à mesure. Si vous choisissez la litière agglomérante, en plus d’enlever les selles, vous devez retirer les boulettes d’urine agglomérée quotidiennement et changer la litière une fois par semaine. Lorsque vous nettoyez le bac, n’oubliez pas de ne pas utiliser de nettoyants à base d’ammoniac ou d’eau de Javel.

Il est important de procurer au chat souffrant d’élimination inopportune une bonne variété de bacs et litières. Offrez des modèles variés et de taille différente.

Une autre bonne idée est de placer des bacs aux endroits choisis par le chat. Vous pourrez ensuite, déplacer ces bacs dans un endroit plus convenable. Déplacez-les de façon très graduelle.

Dans une famille où vivent plusieurs chats, il est aussi important d’identifier le coupable: s’il le faut, vous devrez isoler les chats à tour de rôle dans une pièce. Par ailleurs, souvenez-vous que vous devriez avoir au moins un bac à litière par chat vivant sous un même toit plus un, jusqu’à concurrence de cinq. Donc, dans une famille où vivent quatre chats, on devrait retrouver cinq bacs à litière propres!

Pour régler l’élimination inopportune reliée au marquage des chats intacts, la stérilisation est efficace chez 90% des mâles et 95% des femelles!

Pour ce qui est du marquage chez les chats et chattes stérilisés, des tentatives devraient être faites pour limiter la capacité des chats intérieurs à visualiser les chats de l’extérieur et à se débarrasser de ces chats si possible. Vous devez bloquer l’accès visuel par les fenêtres et les portes. Vous pouvez aussi enfermer le chat dans une pièce où il ne peut pas voir les chats extérieurs. Dans certains cas, les détecteurs de mouvement ou des clôtures peuvent garder certains chats extérieurs hors de la cour et loin des fenêtres.

Une consultation en comportement avec un vétérinaire est toujours indiquée. Parfois, certains médicaments peuvent être prescrits afin de corriger le problème lorsque les modifications à l’environnement ou la stérilisation n’ont pas été efficaces. Parlez-en aux vétérinaires de la Clinique vétérinaire Lachine.

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.