Archives du mot-clé sida des chats

Le SIDA félin par les vétérinaires de Lachine

Les vétérinaires de Lachine démystifient le Sida félin.

Nos minous de maison hésitent habituellement à s’aventurer loin de leur domicile quand il fait froid et que la température est maussade. Mais quand il commence à faire beau, c’est une autre histoire. Pendant l’été, les vétérinaires de Lachine remarquent que beaucoup de propriétaires de chats les laissent aller explorer le quartier pour de très longues périodes. Donc de ces temps-ci, il est normal de voir beaucoup plus de chats se balader dans nos quartiers que disons, pendant l’hiver. Cette pratique expose nos chats à plusieurs conditions infectieuses, sans compter les accidents de voiture. N’oubliez pas qu’il n’y a pas de vaccin contre les pare-chocs de voitures!

Le virus vit dans le sang des chats infectés et demeure dans leur système tout au long de leur vie.

Un chat infecté par le VIH ne peut ni infecter des humains, ni d’autres animaux.

Depuis le début de la belle saison, les vétérinaires de Lachine voient une forte hausse des cas de morsure, plaies et abcès de bataille chez les chats. Dans la très grande majorité des cas, ces blessures sont infligées par d’autres chats. Même stérilisés, les vagabonds à temps partiel sont considérés par les matous du coin, comme des intrus. Particulièrement lorsque les femelles sont en chaleur. Ils les chassent donc à coup de morsures. En plus des blessures évidentes qui peuvent être infligées à la suite d’une rencontre du « troisième type », un virus très nocif peut aussi être transmis par la salive des chats infectés.

En 1986, des chercheurs américains ont découvert que les chats pouvaient être atteints d’un syndrome d’immunodéficience acquise, similaire au SIDA des humains. Il est dû à un lentivirus (sous-groupe des rétrovirus, proche du VIH).

Le VIF atteint le système immunitaire du chat. Le virus vit dans le sang des chats infectés et demeure dans leur système tout au long de leur vie. Les vétérinaires de Lachine expliquent que les chats infectés peuvent contaminer les chats en santé avec lesquels ils entrent en contact, le plus souvent par des morsures. Les chats infectés par le VIH peuvent vivre sans aucun signe pendant plusieurs années.   Certains chats semblent en santé tandis que d’autres peuvent présenter des symptômes initiaux tels que fièvre, perte d’appétit, diarrhée, léthargie, enflure des ganglions.   À mesure que la maladie évolue, d’autres symptômes peuvent apparaître, tels que perte de poids, apparition de plaies dans et autour de la gueule, lésions au niveau des yeux, mauvais pelage et une variété d’infections chroniques.

Le cas échéant, le système immunitaire devient trop faible pour combattre les autres infections ou maladies. Il en résulte alors le décès, déclenché par une infection secondaire.

Les vétérinaires de Lachine expliquent que le VIF se propage de chat en chat, principalement par l’intermédiaire des morsures, car le virus est présent en forte concentration dans la salive. C’est pourquoi se sont principalement des chats mâles non stérilisés qui sont porteurs de ce virus. Les chats qui vont à l’extérieur sont plus à risque de contracter la maladie. La propagation du VIF par l’entremise des bols d’eau ou du matériel de toilettage est peu probable. Le virus est très fragile dans le milieu extérieur : il y survit quelques dizaines de minutes maximum. Il est possible, mais rare, pour une mère de transmettre l’infection à son fœtus.

Il est important de savoir que les humains ne peuvent s’infecter à partir des chats séropositifs et vice-versa. Les VIF et VIH sont deux rétrovirus, c’est vrai, mais qui sont quand même différents. On dit que la maladie est spécifique d’espèce. Donc un chat infecté par le VIH ne peut ni infecter des humains, ni d’autres animaux. Un peu comme la rhinotrachéite chez le chat. Cette condition respiratoire est causé par un virus herpes (bien connu chez les humains…), mais ne peut être transmise à d’autres espèces animales et l’homme.

Des tests sont disponibles afin de dépister la maladie. Informez-vous auprès des vétérinaires de Lachine.  L’euthanasie est-elle la seule option si votre chat est positif au VIF? Absolument pas! Beaucoup de minous vont vivre parfaitement normalement pendant plusieurs années avant de démontrer des signes de maladies. Le cas échéant, les vétérinaires de Lachine pourront traiter les infections secondaires causées par l’immunodéficience.

Un vaccin est maintenant disponible pour combattre cette maladie. Son efficacité est mise en doute par certains spécialistes américains. Les études cliniques effectuées par les chercheurs à l’origine du vaccin étaient pourtant assez impressionnantes…

Hormis la vaccination, la meilleure façon de protéger votre chat contre le SIDA félin est l’évitement de tout contact avec des chats porteurs du VIF. Les vétérinaires de Lachine savent que plusieurs trouvent inhumain le fait de garder ses chats à l’intérieur, mais c’est une très bonne façon de prévenir la maladie. Il est aussi recommandé de faire stériliser les chats qui sortent afin de diminuer les bagarres.

Tout nouveau chat qui est adopté devrait faire l’objet d’un test de dépistage. C’est particulièrement important si d’autres félins font déjà partie de la famille.

Parlez-en aux vétérinaires de Lachine.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.
Publicités