Archives du mot-clé renforcement positif

Récompenser ou punir? Les vétérinaires de Lachine vous expliquent

L’éducation selon les vétérinaires de Lachine.

Nous sommes toujours surpris qu’en 2014, encore beaucoup de propriétaires d’animaux de compagnie punissent rapidement leurs animaux, et hésitent à les récompenser.

 Il est même prouvé que lors de l’entraînement d’un chien, d’un chat ou d’un oiseau, les récompenses sont beaucoup plus efficaces que les punitions.

Il est même prouvé que lors de l’entraînement d’un chien, d’un chat ou d’un oiseau, les récompenses sont beaucoup plus efficaces que les punitions.

Comme si le fait de les récompenser était pour « gâter » l’animal, un peu comme on gâte un enfant… Il n’en est rien! Il est même prouvé que lors de l’entraînement d’un chien, d’un chat ou d’un oiseau, les récompenses sont beaucoup plus efficaces que les punitions. Il est vrai que plusieurs s’interrogent sur le type de récompense à donner : caresses ou friandises, mais tous s’accordent pour dire qu’il ne faut pas hésiter à récompenser son animal.

Les vétérinaires de Lachine vous posent la question suivante : lors de l’apprentissage, est-il possible de bien punir son animal? Si jamais vous n’êtes pas certain de bien punir, il est mieux de ne pas le faire, et de se contenter de récompenser les comportements positifs.

La synchronisation est aussi primordiale pour la récompense que pour la punition. Voici un exemple. Supposons que vous avez un nouveau chiot et que vous l’entraînez à la propreté. Vous sortez avec lui à l’extérieur, vous lui dites de faire ses besoins et par pur hasard il s’exécute. C’est à ce moment-là qu’il doit être récompensé : bon chien, une caresse ou une friandise, ou encore mieux les trois! L’animal doit associer le fait de faire ses besoins, ou tout autre comportement désiré, avec le renforcement positif de la récompense. Par contre si votre chiot a fait un petit besoin dans la maison et que vous ne l’avez pas pris sur le fait, ignorez l’incident tout simplement. Pour avoir du succès, il doit être surpris, et non terrorisé, sur le fait. L’intensité doit être adéquate sans exagération. Les vétérinaires de Lachine remarquent que très peu de gens utilisent la correction de façon appropriée. Toute punition doit être effectuée uniquement si l’on peut surprendre l’animal sur le fait au début du comportement (premières 30 secondes du début de la séquence du comportement). On doit faire un bruit qui va le surprendre et l’interrompre. Toute punition effectuée plus tard, enseigne à l’animal à se cacher pour effectuer le comportement en question. Le bruit doit interrompre le comportement sans le terrifier, ce qui pourrait le rendre craintif. Lorsque c’est possible, faites un bruit qui va le surprendre sans qu’il sache d’où il vient.

Si vous ne pouvez surprendre l’animal chaque fois qu’il commet son comportement indésirable, la punition ne fonctionnera pas. Les vétérinaires de Lachine vont vous donner un autre exemple pour illustrer leur propos. On nous a déjà collé des contraventions pour excès de vitesse. Donc, on nous a punis pour avoir eu un comportement déviant. Cependant, nous devons avouer bien honteusement qu’il nous arrive encore de dépasser la vitesse limite permise quand nous conduisons. Pourquoi? Tout simplement parce que nous ne nous faisons pas épingler à chaque fois. Si nous étions punis toutes les fois où nous dépassions la limite de vitesse permise, il est fort à parier que nous conduirions beaucoup plus prudemment… Alors, lors de l’entraînement de vos animaux de compagnie, utilisez principalement le renforcement positif : récompensez les comportements désirés et ignorez les comportements indésirables.

En passant, lors de l’entraînement, les vétérinaires de Lachine vous expliquent qu’il existe une technique toute simple pour utiliser les récompenses avec succès et pour ne pas en devenir esclave. C’est d’ailleurs le principal argument des gens qui sont contre les récompenses. La règle d’or est qu’en début d’apprentissage, on donne une récompense (ça peut être une caresse, mais nous préférons une petite friandise santé qui est particulièrement aimée par l’animal) chaque fois que l’animal fait le comportement désiré. Assis reste, etc. Une fois que l’animal a bien compris le commandement, on commence à donner les récompenses de façon aléatoire (une fois sur deux, deux fois sur 3, une fois sur quatre…) puis à la longue, on cesse de donner la récompense.

Vous voyez, c’est simple. Mais si vous avez besoin de plus de conseils, n’hésitez pas à en jaser avec les vétérinaires de Lachine! Alors propriétaires d’animaux de compagnie : punissez peu et récompensez bien!

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.
Publicités