Archives du mot-clé nutrition

LE DIABÈTE SUCRÉ CHEZ LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

INTRODUCTION

Le mois de novembre est le mois de la sensibilisation au diabète chez les animaux de compagnie. Le diabète sucré est une maladie bien connue chez l’homme. Peu de gens savent qu’elle peut toucher également nos compagnons à quatre pattes !

QU’EST-CE QUE LE DIABÈTE SUCRÉ ?

Le diabète est une maladie hormonale, due à un manque ou à une action insuffisante de l’insuline, qui régule le taux de sucre du sang.

Le glucose, source d’énergie essentielle pour l’organisme

Le chien et le chat trouvent dans leur alimentation des sucres qui sont transformés en glucose lors de la digestion. Le glucose passe ensuite dans le sang pour être utilisé comme source d’énergie essentielle à tous les organes. En temps normal, cette utilisation est permise par l’insuline, une hormone qui fait passer le glucose du sang aux cellules qui composent les organes.

Lorsque l’insuline fait défaut ou n’agit pas suffisamment, le glucose ne peut passer dans les cellules, qui manquent alors de leur principal carburant. Le glucose s’accumule donc dans le sang, ce qui est à l’origine de différents troubles de santé pour l’animal diabétique.

QUELLE EST LA CAUSE DU DIABÈTE SUCRÉ CHEZ LES ANIMAUX DE COMPAGNIE ?insulin-syringe-2129490_960_720

Chez l’homme, le diabète se décompose en deux formes : Type I et Type II.

Ceux-ci sont également appelés diabète juvénile et diabète de l’adulte, ou diabète insulinodépendant et non insulinodépendant.

En bref, le type 1 est le type où le pancréas ne produit aucune insuline (chiens), et dans le type 2, le pancréas produit de l’insuline, mais pas assez (chats) ou il y a interférence avec son efficacité.

Certaines conditions endocrines comme la maladie de Cushing (glandes surrénales qui sécrètent trop de cortisol) et certains médicaments (cortisone) peuvent favoriser l’apparition du diabète

FACTEURS DE RISQUES

Alors que le diabète a été diagnostiqué chez les chiens et les chats de tous les âges, sexes et races, certains animaux sont à risques de développer la maladie.

FACTEURS DE RISQUE CHEZ LES CHIENS

  • Âge (les chiens d’âge moyen à plus âgés sont plus touchés)
  • Femelles non stérilisées
  • La génétique
  • Obésité
  • Race : ces races présentent un risque plus élevé de développement diabète :
  1. Cocker Spaniels
  2. Teckels
  3. Doberman Pinschers
  4. Bergers allemands
  5. Golden Retrievers
  6. Labrador Retrievers
  7. Poméraniens
  8. Terriers
  9. Caniches jouets

FACTEURS DE RISQUE CHEZ LES CHATS

  • Âge (les chats plus âgés sont plus sensibles)
  • Mâles stérilisés
  • La génétique
  • Autres troubles ou maladies susceptibles de causer une réduction d’insuline ou une résistance comme la pancréatite chronique (inflammation du pancréas) ou hyperthyroïdie (surproduction d’hormones thyroïdiennes)
  • Obésité
  • Inactivité physique

QUELS SONT LES SIGNES DU DIABÈTE SUCRÉ CHEZ LES CHIENS ET LES CHATS ?

Ainsi, les principaux signes cliniques du diabète sucré sont :

  • Manger excessivement
  • Boire excessivement
  • Mictions excessives
  • Perte de poids (à la longue…)

Les signes sont parfois subtils chez les chats.

Une démarche plantigrade est parfois observée chez le chat.

LE DIABÈTE A-T-IL DES CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET LA LONGÉVITÉ DE MON ANIMAL ? (Bref, est-on obligé de traiter ?)

Sans traitement approprié, le diabète sucré peut être à l’origine de graves complications. Mentionnons les plus communes :

  • Cataractes (peut mener à la cécité)
  • Infections urinaires (récidivantes)
  • Coma et la mort

TRAITEMENT

Première chose à savoir, les hypoglycémiants oraux ne sont pas très efficaces chez les animaux. Donc très peu utilisés en médecine vétérinaire.

Le principal traitement est l’insuline, qui doit être injectée toutes les 12 heures, parfois pour la vie de l’animal (des guérisons sont possibles chez les chats).

Des courbes de glucose doivent être effectuées régulièrement, idéalement par le propriétaire à la maison, ou en clinique.

Exercice (chien).

DES CHANGEMENTS ALIMENTAIRES DOIVENT ÊTRE EFFECTUÉS :

Chiens : diète réduite en calories et riche en fibres

Chats : diète riche en protéines et pauvres en hydrates de carbone.

PRÉVENTION

Considérant que l’obésité est un facteur de risque important pour l’apparition du diabète, garder son animal à un poids santé est une procédure simple et très efficace.

CONCLUSION

Gérer le diabète de votre chien ou chat nécessitera des efforts, mais les récompenses en valent la peine. Une fois contrôlé, la soif les mictions, l’appétit, et le niveau d’activité reviennent à la normale et ils sont moins susceptibles de développer des complications liées à cette maladie.

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.
Publicités

PROTÉGER LES CINQ LIBERTÉS AFIN D’ASSURER LE BIEN-ÊTRE ANIMAL

Introduction

Chaque année depuis plus de 30 ans l’Association canadienne des médecins vétérinaires organise la Semaine de la vie animale. Cette année, elle aura lieu du premier au sept octobre.

Le thème de cette année souligne les Cinq libertés fondamentales dont les animaux ont besoin pour survivre et s’épanouir.

Le thème de cette année nous offre l’occasion de rappeler aux propriétaires d’animaux (pas uniquement des animaux de compagnie) les éléments fondamentaux qu’ils doivent fournir aux animaux confiés à leurs soins afin d’assurer qu’ils mènent une vie heureuse et en santé.

Même si beaucoup pensent connaitre les facteurs qui peuvent rendre un animal heureux, il est bon de se les faire rappeler de temps à autre et la semaine de la vie animale est une bonne occasion pour le faire.SEMAINE VIE ANIMALE

Origine des cinq libertés ?

Selon l’OIE (l’Organisation mondiale de la santé animale), le bien-être animal « désigne la manière dont un animal évolue dans les conditions qui l’entourent ».

Les principes directeurs de l’OIE en matière de bien-être animal se réfèrent également aux « cinq libertés fondamentales » universellement reconnues, énoncées en 1965 pour décrire les droits des animaux placés sous la responsabilité humaine.

En 2002, à la demande de ses États membres (dont fait parti le Canada) et constatant que la santé des animaux est une composante fondamentale de leur bien-être, l’OIE a élargi son mandat pour y inclure les normes sur le bien-être animal.

Les premières normes intergouvernementales de l’OIE sur le bien-être animal ont été publiées en 2005.

Les normes adoptées portent sur le bien-être des animaux terrestres et des poissons d’élevage dans des configurations précises.

Elles sont régulièrement actualisées en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques.

Les normes de l’OIE sont adoptées de manière consensuelle par l’Assemblée mondiale des Délégués nationaux de l’OIE, ce qui signifie que tous les États membres s’engagent à les appliquer au niveau national, indépendamment de leur situation culturelle et économique.

Les Cinq libertés animales

Les propriétaires d’animaux peuvent protéger les Cinq libertés animales en :

  1. Fournissant une nutrition appropriée

Prévenir la faim et la soif en fournissant de l’eau fraiche et des aliments afin d’assurer une santé vigoureuse.

  1. Offrant une socialisation appropriée

Donner la possibilité de passer du temps avec ou sans les membres de leur espèce en fonction de leurs besoins.

  1. Procurant un hébergementapproprié

Fournir un environnement approprié qui comprend un abri et une aire de repos confortable afin d’éviter l’inconfort.

  1. Fournissant des soins vétérinairesappropriés

Favoriser l’absence de douleurs, de blessures ou de maladies par la prévention ou un diagnostic et un traitement rapides.

  1. Permettant aux animaux de manifester un comportement normal

Promouvoir la possibilité d’exprimer un comportement normal en fournissant suffisamment d’espace, des installations adéquates ainsi que les outils et les accessoires nécessaires et en ne punissant pas les animaux lorsqu’ils manifestent des comportements indésirables.

Conclusion

Vous voulez que vos animaux soient heureux ? Vous devez alors protéger leurs cinq libertés fondamentales.

Toutes les provinces ont des organisations qui font la promotion et assurent la protection du bien-être animal. La plupart de ces organisations sont sous-financées et ont besoin de bénévoles et de dons. N’hésitez pas à les supporter.

Liens utiles

OIE Bien-être animal

http://www.oie.int/fr/bien-etre-animal/la-sante-animale-dun-coup-doeil/

Association canadienne des Médecins Vétérinaires : Semaine de la vie animale 2017

https://www.veterinairesaucanada.net/practice-economics/animal-health-week-current

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

Alimentation des hérissons

La diète de base d’un hérisson devrait consister: d’une nourriture réduite en gras, relativement élevée en protéines et riche en fibres.  Une nourriture équilibrée de qualité spécialement conçue pour les hérissons serait idéale.  En remplacement, les vétérinaires de Lachine vous recommandent l’alimentation quotidienne suivante:

-Selon le poids de l’animal, donner 1 à 2 cuillières à table de nourriture pour chats moins actifs ou légères (Royal Canin contrôle poids ou W/D de Hill’s).

La diète de base d'un hérisson devrait consister: d'une nourriture réduite en gras, relativement élevée en protéines et riche en fibres.

La diète de base d’un hérisson devrait consister: d’une nourriture réduite en gras, relativement élevée en protéines et riche en fibres.

-Pour les hérissons en croissance ou en gestation vous pouvez leur donner la même nourriture, mais à volonté.

-En plus de cette diète de base, vous pouvez donner 1 à 2 cuillères à thé de nourriture humide (soient les mêmes diètes nommées plus haut, mais en format canne, de la viande bouillie, du fromage cottage réduit en gras ou des oeufs).

-1/2 cuillère à thé de fruits (bananes, pommes, poires, bleuets, fraises …) ou de légumes (carottes cuites, courges, pois, tomates, laitue romaine, frisée…).

-Comme gâteries vous pouvez donner des vers de farine, criquets, vers de terre. Vous pouvez les cacher sous le substrat pour les inciter à chercher.

-La nourriture périssable doit être donnée en soirée pour éviter les pertes.

-Le hérisson peut être lent à accepter de la nouvelle nourriture, il faut faire tout changement de façon graduelle. N’oubliez pas, de l’eau fraîche doit être disponible en tout temps.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter les vétérinaires de Lachine.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.