Archives du mot-clé noël

Les dangers de Noël selon les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine

Aujourd’hui, les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine veulent vous faire une mise en garde sur les dangers qui guettent nos animaux de compagnie durant ces périodes de réjouissance. Souvent, on ne réalise pas, mais plusieurs produits ou matériaux que l’on rencontre particulièrement durant la période des fêtes peuvent être dangereux pour nos animaux.

Attention aux décorations

Attention aux décorations

Qui dit Noël, dit sapin de Noël et ses décorations. L’arbre lui-même, même non décoré, peut-être un danger pour nos animaux, particulièrement pour nos chats. Un chat qui décide d’escalader un sapin de Noël mal amarré, risque de se casser la margoulette. Ça peut mal se finir. Donc, assurez-vous de bien attacher votre sapin afin d’éviter toute chute.

Les décorations aussi peuvent représenter un danger. Principalement les glaçons. Chaque année, nous voyons en clinique, des animaux qui ont avalé les fameux glaçons. Les chats en sont très friands. La grande majorité de ces patients finissent en chirurgie. Les dommages causés aux intestins sont parfois si graves que plusieurs en meurent.

La nourriture. On le sait tous, pendant la période des fêtes, on cuisine plus que jamais. Beaucoup des produits utilisés pour la cuisson sont toxiques pour nos animaux de compagnie, dont les oignons et l’ail. Les raisins frais et secs ont été associés avec des cas d’insuffisance rénale chez les chiens. Les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine pensent que le même phénomène pourrait survenir chez les chats. Bien que la cause exacte de ces intoxications soit inconnue, il n’est plus recommandé de donner des raisins à nos animaux.

La carcasse de la dinde peut aussi être une source de problèmes. En effet, la carcasse elle-même est très grasse et si un animal met la patte dessus, il est à risque de développer une maladie assez sévère : la pancréatite. Croyez-nous, les chiens et les chats qui en sont atteints sont très malades, ça fait mal et beaucoup de soins sont nécessaires afin de les guérir.

Les chats et les chiens raffolent de la fameuse corde qui attache la dinde lors de la cuisson. Elle peut causer des complications gastro-intestinales très graves. Alors une fois dépecée, la carcasse devrait être mise dans un sac-poubelle et rangée de façon à ce qu’elle soit inaccessible pour nos fidèles compagnons.

En ce qui a trait à la préparation elle-même de la nourriture, la plupart des propriétaires d’oiseaux savent que les vapeurs de Teflon sont toxiques pour les oiseaux. Les bêtes à plumes ne devraient jamais être présentes dans la cuisine lors de la préparation des repas. Pas juste pendant la période de Noël. Mais il est aussi sage de ne pas laisser nos chiens et nos chats rôder dans la cuisine pendant que nous y cuisinons. Toutes les odeurs qui se dégagent de la préparation et de la cuisson des aliments sont très excitantes pour eux. Mais un accident est vite arrivé…

Le chocolat est aussi à l’honneur pendant les fêtes. Il est toxique pour les animaux. Méfiez-vous! Même si le chocolat (ou toute autre friandise) est bien emballé, il peut facilement être détecté, particulièrement par les chiens dont l’odorat est beaucoup plus sensible que le nôtre.

Que dire de l’alcool? Il coule à flots durant les fêtes. Souvent, des verres et même des viniers sont laissés sans surveillance. L’alcool peut causer de graves intoxications chez les animaux. N’oubliez pas que même un petit volume d’alcool chez un animal de quelques kilos peut représenter un problème majeur qui nécessite des soins vétérinaires.

Attention également aux chandelles, elles sont particulièrement populaires pendant les fêtes. Soyez prudents! Nos animaux peuvent les renverser, se brûler ou même provoquer des incendies.

Certaines plantes de Noël sont toxiques pour nos animaux. Selon le centre antipoison de la SPCA américaine, la toxicité du poinsettia a largement été exagérée. Ce n’est donc pas la plante de Noël la plus inquiétante. Le gui quant à lui peut causer de graves problèmes digestifs et même la mort.

Bref, les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine vous rappellent que lorsque nous avons un animal de compagnie, il faut toujours être aux aguets. L’on doit juste redoubler d’attention pendant la période des fêtes. Comme ça, vous avez plus de chances de passer la veille de Noël ou du jour de l’an dans le confort de votre foyer avec votre famille et vos amis, plutôt que dans une salle d’attente d’un centre d’urgence bondée d’étrangers…

Publicités

Les animaux à Noël : ce n’est pas un cadeau!

Il n’y a aucun doute, l’hiver est à nos portes et Noël approche à grands pas. Plusieurs d’entre vous seront tentés d’acheter un animal de compagnie pour Noël. Nous sommes désolés de vous décevoir, mais ce n’est pas une bonne idée. Pendant les semaines qui suivent la période des fêtes, les refuges pour animaux subissent un achalandage anormal. Beaucoup de ces animaux abandonnés ne seront jamais adoptés de nouveau et finiront par être euthanasiés.

Voici quelques raisons pour ne pas acheter d’animaux à Noël.

La période de Noël n’est pas propice à l’adoption d’un nouvelgastoncanne animal. À cette période, il y a beaucoup de va-et-vient, des visites, des soupers familiaux. Bref, pas beaucoup de temps à consacrer à un nouvel animal qui au contraire a besoin de beaucoup d’attention.

Beaucoup de parents font l’acquisition d’un animal en pensant que les enfants vont s’occuper de l’animal. C’est faux! Ils ne vont pas l’ignorer, mais ne comptez pas sur eux pour ramasser les crottes, nettoyer les bacs à litière ou l’aquarium. Lors de l’adoption d’un animal, un adulte vivant sous le même toit doit obligatoirement être responsable du nouvel arrivé.

Nos enfants se lassent rapidement des jouets qu’ils reçoivent à Noël. Mais un animal c’est pour la vie. Une fois adopté, il devient membre de la famille à part entière. On ne peut s’en débarrasser parce qu’il ne fait plus l’affaire. Il n’y a rien de plus charmant qu’un bébé labrador. Quand il a 6 mois et qu’il déborde d’énergie, c’est une autre histoire. Une famille qui adopte un chat doit s’attendre à garder cet animal au moins 15 ans, sinon plus. Nous avons beaucoup de chats de 20 ans à la clinique. Vous savez ce que cela veut dire : beaucoup de ces animaux seront encore à la maison, quand les enfants auront quitté le nid.

À l’inverse d’un objet inanimé qui, une fois acheté ne coûte plus rien, un animal de compagnie représente une dépense récurrente. Pension, toilettage, nourriture, accessoires, permis, soins vétérinaires…

Un animal ne devrait jamais être acheté sur une impulsion. La période de Noël est particulièrement stressante pour les parents. Lorsque nous sommes à court d’idées, il est facile de se rabattre sur un animal. D’autant plus qu’un chiot avec un ruban de Noël autour du cou, c’est craquant! Le problème c’est que peu de gens savent à quoi va ressembler la bête à l’âge adulte, quelle grosseur elle atteindra, quels soins seront nécessaires. Bref pas grand chose. Une belle combinaison qui mène à l’échec.

Que penser des animaux un peu moins traditionnels comme un perroquet? La période de Noël étant propice aux achats impulsifs, souvent, le seul critère retenu lors d’achats d’animaux pendant cette période est la beauté. Alors, on achète un ara ou un gris d’Afrique parce qu’ils sont mignons, sans même connaître tous les soins qu’ils nécessitent.

Si vous tenez à acheter un animal à vos enfants, au lieu de l’animal en chair et en os, offrez-leur un bon livre, un DVD ou un CD-ROM portant sur l’animal en question. De cette façon-là, ils vont pouvoir le découvrir avant même qu’il s’intègre à la cellule familiale. Par la suite, ayez une bonne discussion avec eux. Même si l’on sait très bien que c’est toujours sur les épaules des parents que repose la responsabilité de l’animal familial, il est toujours bon de faire comprendre aux enfants (de toute évidence quand ils sont assez vieux…), qu’ils auront à jouer un rôle important dans la vie du nouveau venu. Tout comme vous, ils doivent savoir à quoi s’en tenir en ce qui a trait à l’entretien, les soins, les repas, l’entraînement à la propreté, etc.

Si après toutes ces recherches, vous ne changez toujours pas d’idée, attendez que la folie de la période des fêtes soit terminée et faites-vous plaisir! Mais considérez donner une deuxième chance a un animal d’un refuge!

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique
(514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.