Archives du mot-clé maladies

Les tiques

Aujourd’hui, nous voulons vous parler d’un arachnide, la tique. À la fin des années 70, ces créatures étaient pratiquement inexistantes au Québec. Lorsque les parasitologues nous en parlaient lors des cours, c’était principalement pour nous avertir qu’elles existaient bel et bien, particulièrement au sud de nos frontières et sur la côte ouest. Les choses ont bien changé. On sait maintenant que la tique responsable de la transmission de la maladie de Lyme peut maintenant compléter son cycle de reproduction au Québec et de plus en plus de chiens sont admis en consultation à cause des tiques.tick-482613_960_720

Pour ceux qui ne la connaissent pas, la tique se nourrit du sang de ses victimes (mammifères, oiseaux, reptiles…), mais pas comme le moustique. Le moustique pique sa victime, devient engorgé de sang et quitte après son repas terminé. Au lieu de cela, la tique mord sa victime et y reste pendant une longue période de temps. En particulier les femelles qui ont besoin de beaucoup de sang afin de pondre jusqu’à 3000 œufs. Les pièces buccales de la tique sont insérées dans la peau de la victime et tiennent fermement l’arachnide en place. La tique ne tombera pas facilement.

Alors la grande question est : que devriez-vous faire si vous trouvez une tique sur notre chien ?

Il est prouvé maintenant que l’élimination rapide de la tique est probablement la meilleure façon de prévenir la transmission de maladies. Mais la tique doit être retirée correctement. Plusieurs outils sont disponibles pour le retrait de la tique. Quelle que soit celle que vous utilisez, il est important de saisir la tique le plus près possible de la peau. Par la suite, tirer vers le haut avec une pression ferme, mais constante (ne secouez pas !). Une fois retirée, il est nécessaire de nettoyer la plaie avec du savon désinfectant. La chlorhexidine est un bon choix. Gardez la tique dans un récipient sec pour l’identification.

Il ne faut pas secouer, écraser ou d’utiliser vos doigts pour enlever la tique. Si vous utilisez une petite pince, elle doit être assez fine pour capturer les pièces buccales sans écraser la tique. Si les pièces buccales restent coincées dans la peau, une infection peut se produire.

Si vous avez un doute, appelez votre vétérinaire.

Il existe maintenant de nouveaux comprimés sécuritaires qui préviennent les infestations de tiques et de puces chez les chiens. Si jamais vous vivez dans un environnement où les tiques sont présentes, nous vous recommandons fortement de les administrer à votre chien pendant la saison des tiques, c’est à dire d’avril jusqu’à la fin novembre. Mais soyez prudents ! Des produits à base de perméthrine (appliqués sur la peau), qui sont en vente libre, sont très toxiques pour les chats et ne devraient pas être utilisés chez ces animaux ou dans une maison où chiens et chats cohabitent. Ce n’est pas le cas pour les nouveaux produits anti-tiques et puces oraux.

La maladie de Lyme étant en pleine progression au Québec, les vétérinaires de la Clinique Vétérinaire Lachine vous recommandent de faire faire un test de dépistage à votre chien pour cette maladie. Cela peut être fait lors du test de dépistage du ver du cœur.

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

Le retour des tiques (Mise à jour)

Maintenant que le beau temps est réapparu, enfin presque… les désagréments de l’été sont aussi de retour.

Aujourd’hui, nous voulons vous parler d’un acarien, la tique. À la fin des années 70, ces bestioles étaient pratiquement inexistantes au Québec. Lorsque les parasitologues nous en parlaient lors des cours, c’était principalement pour nous avertir qu’elles existaient bel et bien, particulièrement au sud de nos frontières et sur la côte ouest. Les choses ont bien changé. On sait maintenant que la tique responsable de la transmission de la maladie de Lyme peut maintenant compléter son cycle de reproduction au Québec et de plus en plus de chiens sont admis en consultation à cause des tiques.

Tique trouvée sur un de nos patients.

Tique trouvée sur un de nos patients.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, la tique qui se nourrit du sang de ses victimes (mammifères, oiseaux, reptiles…) ne le fait pas comme le maringouin. Le moustique pique sa victime, se gorge de sang et s’en va une fois le repas complété. La tique elle, pique sa victime et y reste accroché longtemps. Particulièrement les femelles qui ont besoin de beaucoup de sang pour pouvoir pondre jusqu’à 3,000 oeufs. Les parties buccales qui sont insérées dans la peau de la victime y retiennent fermement l’acarien, qui ne risque pas de tomber facilement.

Alors la question à 100,000 $. Que doit-on faire lorsque l’on trouve une tique sur notre animal?

Il est maintenant prouvé que le retrait rapide de la tique est probablement la meilleure façon de prévenir la transmission de maladies. Mais il ne faut pas le faire n’importe comment. Plusieurs outils sont offerts pour effectuer le retrait de la tique. Quel que soit celui utilisé, il est important de saisir la tique le plus près possible de la peau. Par la suite, tirez vers le haut avec une pression ferme, mais constante (pas de secousse!). Une fois enlevée, il faut bien nettoyer la plaie avec un savon désinfectant. La chlorhexidine est un bon choix. Conservez la tique dans un contenant sec aux fins d’identification.

Évitez de tirer brusquement, d’écraser la tique ou d’utiliser vos doigts pour l’enlever. Si vous utilisez une pince, elle doit être assez fine pour saisir les parties buccales sans écraser la tique. Si les pièces buccales restent coincées dans la peau, une infection peut se produire.

En cas de doute, donnez un coup de fil à votre vétérinaire.

Il existe maintenant des nouveaux comprimés sécuritaires qui préviennent les infestations de tiques et de puces chez les chiens. Si jamais vous vivez dans un environnement où les tiques sont présentes nous vous recommandons fortement de les administrer à votre chien pendant la saison des tiques, c’est à dire de juin jusqu’à la fin novembre. Mais soyez prudents! Des produits à base de perméthrine (appliqués sur  la peau), qui sont toujours en vente, sont très toxiques pour les chats et ne devraient pas être utilisés chez ces animaux ou dans une maison où chiens et chats cohabitent. Ce n’est pas le cas pour les nouveaux produits anti-tiques et puces oraux.

La maladie de Lyme étant en pleine progression au Québec, les vétérinaires de la Clinique Vétérinaire Lachine vous recommandent de faire faire un test de dépistage à votre chien pour cette maladie. Cela peut être fait lors du test de dépistage du ver du cœur.

 En conclusion, les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine recommandent de traiter vos chiens de façon préventive contre le ver du cœur, les parasites intestinaux, les puces et les tiques, et vos chats d’extérieur contre le ver du cœur , les parasites intestinaux et les puces, au moins une fois par mois du mois de juin au mois de novembre inclusivement.

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

 

La prévention a bien meilleur coût

Connaissez-vous les cinq principales maladies affligeant les chiens et les chats? Voici le top 5 selon une étude américaine. Sachez que les résultats peuvent facilement être appliqués au Canada. Mais quelles sont-elles et que peut-on faire pour les prévenir? C’est le sujet de notre blogue de cette semaine.

Financièrement parlant, c'est beaucoup moins dispendieux de les prévenir que de les guérir.

Financièrement parlant, c’est beaucoup moins dispendieux de les prévenir que de les guérir.

Les maladies dentaires sont de loin les maladies les plus fréquemment rencontrées, autant chez les chats que les chiens. Les maladies parodontales, comme on les appelle, sont à l’origine de plusieurs problèmes de santé. Mentionnons entre autres les maladies cardiaques, hépatiques et rénales. Comment prévenir les maladies parodontales? C’est facile! Brosser les dents de vos animaux tous les jours. Votre animal ne l’accepte pas, malgré toutes les techniques de conditionnement positif? Alors, résignez-vous à lui faire nettoyer les dents par votre vétérinaire une fois par année.

La seconde maladie la plus fréquemment vue chez les chiens et les chats est l’otite externe. C’est-à-dire l’inflammation du canal et du pavillon extérieur de l’oreille. Plusieurs causes sont à l’origine de l’otite externe. Comment la prévenir? Il existe quelques trucs. Entre autres en les gardant propres et sèches. Si votre chien va se baigner dans la piscine un lac ou une rivière, à son retour, assécher ses oreilles.  Si jamais votre animal a tendance à produire beaucoup de cire, votre vétérinaire vous conseillera un produit qui aidera à garder les pavillons propres et secs. Attention! Beaucoup de propriétaires ont tendance à exagérer dans le nettoyage des oreilles et provoquent l’otite. On dit alors qu’elle est iatrogénique. Suivez les recommandations de votre vétérinaire. Beaucoup d’otites sont d’origines allergiques, alimentaires ou atopiques. Conséquemment, en les contrôlant bien, vous préviendrez leur apparition.

Au troisième rang vient le diabète. Une nette tendance à la hausse est notée depuis la dernière étude de 2006. La principale explication pour cette augmentation réside dans le fait qu’à l’image de leurs maîtres, de plus en plus d’animaux de compagnie souffrent d’obésité. Cela les rend plus susceptibles à développer du diabète de type II. Une bonne diète hypocalorique et un programme d’activité physique adapté aux animaux, autant les chiens que les chats, aident à prévenir cette maladie.

Étant donné que l’étude a été réalisée aux États-Unis , il n’est pas surprenant que le ver du coeur soit dans le top 5 des maladies les plus fréquemment diagnostiquées chez le chien. Particulièrement dans les états du sud, où la maladie est présente 12 mois par année. Quoi qu’il en soit, même au Canada, cette maladie est facile à prévenir avec une simple médication mensuelle.

Les infestations par les puces complètent le classement .  Dans les régions où le gel fait rage pendant une bonne partie de l’hiver, l’incidence des infestations de puces diminue considérablement et les gens les oublient. Mais dès que le beau temps revient, ces bestioles recommencent à hanter nos animaux.

Heureusement, comme les quatre conditions précédentes, les infestations de puces peuvent être facilement prévenues. Comme nous le mentionnions d’ailleurs lors de notre blogue sur le réveil de la nature et des parasites, il est parfois possible d’administrer une seule médication mensuelle, qui prévient, les puces, le ver du coeur et les parasites intestinaux. Financièrement parlant, c’est beaucoup moins dispendieux de les prévenir que de les guérir.