Archives du mot-clé comportement

PROTÉGER LES CINQ LIBERTÉS AFIN D’ASSURER LE BIEN-ÊTRE ANIMAL

Introduction

Chaque année depuis plus de 30 ans l’Association canadienne des médecins vétérinaires organise la Semaine de la vie animale. Cette année, elle aura lieu du premier au sept octobre.

Le thème de cette année souligne les Cinq libertés fondamentales dont les animaux ont besoin pour survivre et s’épanouir.

Le thème de cette année nous offre l’occasion de rappeler aux propriétaires d’animaux (pas uniquement des animaux de compagnie) les éléments fondamentaux qu’ils doivent fournir aux animaux confiés à leurs soins afin d’assurer qu’ils mènent une vie heureuse et en santé.

Même si beaucoup pensent connaitre les facteurs qui peuvent rendre un animal heureux, il est bon de se les faire rappeler de temps à autre et la semaine de la vie animale est une bonne occasion pour le faire.SEMAINE VIE ANIMALE

Origine des cinq libertés ?

Selon l’OIE (l’Organisation mondiale de la santé animale), le bien-être animal « désigne la manière dont un animal évolue dans les conditions qui l’entourent ».

Les principes directeurs de l’OIE en matière de bien-être animal se réfèrent également aux « cinq libertés fondamentales » universellement reconnues, énoncées en 1965 pour décrire les droits des animaux placés sous la responsabilité humaine.

En 2002, à la demande de ses États membres (dont fait parti le Canada) et constatant que la santé des animaux est une composante fondamentale de leur bien-être, l’OIE a élargi son mandat pour y inclure les normes sur le bien-être animal.

Les premières normes intergouvernementales de l’OIE sur le bien-être animal ont été publiées en 2005.

Les normes adoptées portent sur le bien-être des animaux terrestres et des poissons d’élevage dans des configurations précises.

Elles sont régulièrement actualisées en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques.

Les normes de l’OIE sont adoptées de manière consensuelle par l’Assemblée mondiale des Délégués nationaux de l’OIE, ce qui signifie que tous les États membres s’engagent à les appliquer au niveau national, indépendamment de leur situation culturelle et économique.

Les Cinq libertés animales

Les propriétaires d’animaux peuvent protéger les Cinq libertés animales en :

  1. Fournissant une nutrition appropriée

Prévenir la faim et la soif en fournissant de l’eau fraiche et des aliments afin d’assurer une santé vigoureuse.

  1. Offrant une socialisation appropriée

Donner la possibilité de passer du temps avec ou sans les membres de leur espèce en fonction de leurs besoins.

  1. Procurant un hébergementapproprié

Fournir un environnement approprié qui comprend un abri et une aire de repos confortable afin d’éviter l’inconfort.

  1. Fournissant des soins vétérinairesappropriés

Favoriser l’absence de douleurs, de blessures ou de maladies par la prévention ou un diagnostic et un traitement rapides.

  1. Permettant aux animaux de manifester un comportement normal

Promouvoir la possibilité d’exprimer un comportement normal en fournissant suffisamment d’espace, des installations adéquates ainsi que les outils et les accessoires nécessaires et en ne punissant pas les animaux lorsqu’ils manifestent des comportements indésirables.

Conclusion

Vous voulez que vos animaux soient heureux ? Vous devez alors protéger leurs cinq libertés fondamentales.

Toutes les provinces ont des organisations qui font la promotion et assurent la protection du bien-être animal. La plupart de ces organisations sont sous-financées et ont besoin de bénévoles et de dons. N’hésitez pas à les supporter.

Liens utiles

OIE Bien-être animal

http://www.oie.int/fr/bien-etre-animal/la-sante-animale-dun-coup-doeil/

Association canadienne des Médecins Vétérinaires : Semaine de la vie animale 2017

https://www.veterinairesaucanada.net/practice-economics/animal-health-week-current

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.
Publicités

La miction émotionnelle

La miction émotionnelle, ou les chiens qui font pipi sur nos chaussures.

Aujourd’hui, les vétérinaires de la Clinique vétérinaire Lachine vous expliquent un problème de comportement que l’on rencontre souvent chez le chien et qui est très ennuyeux.

Quand ils rentrent du travail, beaucoup de propriétaires de chiens sont confrontés à un animal « agité » qui se met à uriner dès qu’il les voit ou les entend. Ça arrive aussi quand des invités entrent à la maison. C’est toujours déplaisant quand on reçoit un invité et qu’il se fait uriner sur les chaussures dès son arrivée. Surtout si l’invité en question n’est pas passionné des pitous. Il arrive que les vétérinaires de la Clinique vétérinaire Lachine fassent baptiser les chaussures à plusieurs reprises en consultation.

Généralement, les chiens souffrant de cette mauvaise habitude sont très anxieux et peuvent même démontrer des signes d’apaisement : abaissement du corps, bâillement, déplacement des oreilles vers l’arrière, détournement du regard, queue portée basse et mictions « involontaires ». Certains chiens vont même aller jusqu’à se coucher sur le dos.

blissdodo

Alors si vous êtes aux prises avec ce problème et que vous voulez le corriger, certains exercices de modification de comportement doivent être effectués.

Premièrement, il est très important de ne pas punir l’animal souffrant de miction d’anxiété ou de soumission! Verbalement ou physiquement!

Deuxièmement, vous devez ignorer l’animal lors de votre arrivée. Ça, c’est difficile! Il faut aussi éviter de lui parler en « bébé » avec un ton qui, vous le savez, l’excitera encore plus. Ne lui donnez de l’attention que lorsqu’il est détendu. Idéalement, vous devriez demander à vos invités de faire la même chose. Ce n’est pas toujours simple, surtout quand nos invités adorent les animaux.

Pour que votre plan fonctionne, vous devez nécessairement discerner les signes physiques d’un chien détendu. Il l’est lorsque son corps n’est pas raide, que sa mâchoire pend de façon décontractée et non tendue, lorsque ses oreilles sont droites, mais non rigides et que ses yeux sont calmes et détendus. Généralement, un chien détendu ne gémira pas constamment.

Troisièmement, évitez de vous pencher au-dessus de l’animal : cela a pour effet d’empirer la situation.

Quatrièmement, lorsque vous arrivez à la maison, redirigez son attention vers une friandise ou un jouet, que vous devrez déposer au sol sans même lui adresser la parole et sans même le regarder dans les yeux. Idéalement, vous devriez avoir la friandise ou le jouet en question, au moment même de votre entrée dans le domicile. Certains jouets en vente sur le marché permettent d’y cacher de la nourriture ou une friandise, ce qui est très utile pour changer les idées de notre chien.

Finalement, dans certains cas précis où l’anxiété est difficilement contrôlable même avec les exercices de modification de comportement, une médication peut être utilisée pour faciliter la thérapie. Mais attention, la pilule miracle n’existe pas et sans les exercices qui doivent être effectués tous les jours, le traitement est voué à l’échec. Pour plus d’information sur les traitements disponibles consultez les vétérinaires de la Clinique vétérinaire Lachine.

Le même modus operandi peut être appliqué aux chiens qui aboient à tout rompre, lorsque les propriétaires entrent à la maison.

Bonne chance et attendez que la thérapie ait donné des fruits avant de changer vos chaussures!

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.