Archives du mot-clé abandons

Ne les oubliez pas!

Plus de 150 000 chats et chiens vont bientôt déménager avec leurs maîtres. Malheureusement, quelques milliers d’entre eux seront aussi abandonnés dans les centres de gestion animalière, les sociétés protectrices des animaux, les refuges ou les cliniques vétérinaires. Pire, certains seront tout simplement délaissés dans les logements ou lâchement jetés à la rue, une situation que dénonce avec vigueur l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux.


Les chats et les chiens sont des êtres sensibles pour qui les habitudes, la routine et le territoire ont une importance majeure. Le jour où ils sont dans l’obligation de quitter leur demeure pour s’installer dans un autre environnement, il est normal qu’ils soient perturbés et stressés.

Tout doit donc être mis en place pour réduire au minimum les effets négatifs d’une telle perturbation. Afin de vous aider à mieux planifier votre déménagement, l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux vous offre donc ces quelques conseils :

– dans les semaines précédant le déménagement, contactez votre médecin vétérinaire afin de vérifier si la couverture vaccinale de votre animal est à jour ainsi que sa médication préventive contre les différents parasites. Si vous déménagez dans une autre ville, demandez le dossier médical de votre animal. Profitez-en pour vous faire recommander un vétérinaire près de votre nouveau domicile. N’oubliez pas de renouveler vos prescriptions de médicaments si vous avez un animal avec des besoins particuliers ; thai-cat-1317846_960_720

– n’oubliez pas de préparer une boîte spéciale pour votre petit compagnon avec ses jouets, sa laisse, son bol, sa nourriture, sa litière, son coussin et qui sera facilement accessible. Ne profitez pas du déménagement pour faire du ménage et tout jeter ! Conservez des objets qui rassureront l’animal comme un vieux chandail, par exemple ;

– assurez-vous que vous avez suffisamment de nourriture pour votre chien ou votre chat, surtout si ce dernier mange une diète spéciale. Procurez-vous aussi une cage de transport, un bon collier et une bonne laisse ;

– si vous croyez que le jour du grand départ risque d’être un peu chaotique, pourquoi ne pas réserver immédiatement un endroit (vétérinaire, pension, ami, famille, voisin) afin de faire garder votre chat ou votre chien ? Ainsi, vous n’aurez aucun souci à vous faire. Placez-le une ou deux journée(s) avant votre départ afin d’éviter la bousculade des derniers préparatifs ;

– informez-vous des règlements municipaux de votre nouvelle localité pour connaître le nombre d’animaux permis ainsi que vos responsabilités ;

– questionnez les anciens propriétaires de votre nouvelle demeure afin de savoir s’ils avaient des animaux. Ne tenez jamais pour acquis que l’appartement est exempt d’occupants indésirables. Par précaution, administrez à vos animaux des traitements préventifs contre les parasites internes et externes. Sachez que les odeurs des autres bêtes sont souvent persistantes et peuvent amener des modifications du comportement comme de la malpropreté chez les chats. Effectuez un bon nettoyage, en particulier des tapis ;

– par gentillesse, rédigez, vous-même, une note au futur propriétaire de votre demeure pour lui indiquer qu’ici habitait un chat ou un chien. Par ailleurs, ils seront moins surpris si un jour, votre chien ou votre chat décide de fuguer et de retourner vivre dans son précédent logement ;

– lors du déménagement, utilisez toujours une cage de transport pour les chats et même pour les petits chiens ;

– soyez attentif si votre chien a tendance à être anxieux. Le stress occasionné par les changements peut provoquer des sautes d’humeur et des comportements agressifs. Certains produits disponibles chez votre vétérinaire peuvent aider à diminuer le stress et favoriser l’adaptation. N’hésitez pas à lui demander conseil ;

– méfiez-vous des coups de chaleur, ne laissez jamais vos animaux seuls dans une automobile ou un camion ;

– en arrivant, installez l’animal (surtout le chat) dans une petite pièce pas trop passante, ou gardez-le dans sa cage tant que tout n’est pas terminé. Assurez-vous qu’il n’y a aucun passage où l’animal peut fuguer. Griffonnez une note sur la porte indiquant de ne pas laisser sortir l’animal ;

– attention aux indigestions ou intoxications avec des produits qui traînent ou des restes de pizza !!! ;

– prudence, un nouvel environnement peut signifier un danger de fugues. Méfiez-vous, par exemple, des portes ouvertes, du tuyau d’évacuation d’air de la sécheuse ou des clôtures défaillantes. L’animal peut même être tenté de revenir à son ancien domicile ;

– certains chats peuvent se cacher et avoir peur, tandis que d’autres exploreront un peu partout. Attention aux pièges qui attendent votre animal comme des rebords de fenêtre, les rues, les piscines, etc. Une perte d’appétit peut aussi être observée pendant quelques jours, soyez attentif et patient. Cependant, si celle-ci persiste plus de 24 ou 48 h, contactez un médecin vétérinaire. Laissez à votre chat ou votre chien le temps d’apprivoiser les alentours et d’établir sa petite routine ;

– n’oubliez pas de mettre un collier d’identification et la nouvelle médaille municipale à votre animal afin de vous conformer aux règlements et ainsi permettre de retrouver votre animal en cas de fugue. L’identification permanente avec une micropuce est également fortement suggérée et, si elle est déjà installée, n’oubliez pas d’en modifier l’adresse dans la base de données. En cas de fugue, cela constitue votre meilleure garantie pour retrouver votre animal ;

– en général, les chiens supportent mieux les déménagements que les chats. Parfois, ce sont les voisins qui supportent moins bien l’aménagement des chiens que des chats. Soyez donc conscient de ce fait, surtout si votre chien a tendance à japper ou votre chat à vagabonder. Soyez respectueux de l’environnement afin d’établir un bon voisinage. Il serait bien aussi de leur présenter votre compagnon afin de leur montrer qu’il s’agit d’une bonne bête ;

– rendez une petite visite chez votre nouveau vétérinaire afin de faire connaissance, de bien connaître les heures d’ouverture ainsi que les services offerts, tout en ouvrant un dossier pour votre animal. Profitez-en pour transmettre les données de votre ancien dossier médical et vous informer des besoins de prévention en fonction de l’environnement.

Si vous mettez en pratique ces quelques recommandations, vous devriez être en mesure de réduire au minimum l’impact du déménagement sur vos petits compagnons et entamer ensemble une toute nouvelle étape de votre vie !

Source : Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.
Publicités

Pâques: Lapins, chocolat, fleurs et cie!

Qui dit Pâques, dit lapin de Pâques. On trouve des traces du fameux lapin, jusque dans l’Antiquité, 3500 ans avant Jésus-Christ. Au départ, on parlait plus d’un lièvre, symbole d’abondance, de prolifération et de renouveau qui correspondait au printemps.

La tradition d’associer le lapin et les oeufs serait d’origine germanique et ce sont des commerçants du XVIIIe siècle, qui auraient eu l’idée de les offrir en chocolat. Chouette idée, surtout après les privations du carême. La légende veut qu’un indigent, trop pauvre pour offrir des douceurs à ses enfants, ait décoré et caché des oeufs dans le jardin avant d’y envoyer ses enfants. Ceux-ci, apercevant un lapin, pensèrent que c’était lui qui avait pondu les oeufs.

Ce n'est jamais une bonne idée d'offrir un lapin vivant à Paques!

Ce n’est jamais une bonne idée d’offrir un lapin vivant à Paques!

La tradition a par la suite été exportée aux États-Unis par des immigrés allemands et de là est né le fameux Easter Bunny.  Les enfants fabriquaient un nid qu’ils mettaient dans le jardin en espérant que le lapin de Pâques le remplirait d’oeufs durant la nuit.  Traditionnellement, l’oeuf était associé à la germination, qui se déroule au printemps et le lapin, à la fécondité.

Parallèlement à cette tradition, une autre s’est aussi installée. Celle de donner des lapereaux à Pâques aux enfants. Au Québec, cette tradition a été très populaire dans après la Révolution tranquille. Malheureusement, cette tradition a eu des conséquences néfastes sur la vie de ces pauvres lapins. Ils étaient bien beaux quand ils étaient petits, mais une fois l’excitation de la fête de Pâques passée, la grande majorité de ces animaux se retrouvaient à la SPA et la la plupart se faisaient alors euthanasié. Quelle tristesse! Certains marchands d’animaux sans scrupules allaient même jusqu’à teindre les lapereaux (et les poussins aussi) afin de les rendre attirants.

Heureusement, grâce à la pression exercée par les organismes de protection des animaux, la tradition s’est perdue. De nos jours à Pâques, les animaleries sérieuses évitent de mettre les lapins en évidence et certaines vont même jusqu’à donner des lapins en chocolats en lieu et place des bêtes vivantes.

Est-ce que ça veut dire que le lapin n’est pas un bon animal de compagnie? Absolument pas! Mais donner un animal lors d’une fête, quelle qu’elle soit, ce n’est jamais une bonne idée.

Ceci étant dit, voici une bonne description du lapin domestique.

C’est un mammifère herbivore de l’ordre des lagomorphes et non un rongeur. Sa mâchoire supérieure a deux paires d’incisives qui ne cessent de pousser comparativement aux rongeurs qui ont seulement une paire d’incisives.

Toutes les souches de lapins domestiques, y compris le lapin nain, descendent du lapin sauvage appelé le lapin de garenne. Auparavant, l’on disait que son espérance de vie moyenne était 7 ans. De nos jours, on peut facilement affirmer que les lapins stérilisés (particulièrement les femelles) peuvent facilement atteindre le double de cette longévité.

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, c’est un animal très intelligent. Il est très doux, affectueux, sociable et facile à domestiquer. Il mord rarement. La plupart des lapins que je vois tous les jours utilisent une litière pour éliminer leurs besoins, comme les chats.

Un dernier mot en passant sur le chocolat et les fleurs.

Vous allez en recevoir de toutes les formes et de toutes les couleurs. Faites attention! Le chocolat peut rendre tous nos animaux de compagnie, très malades. Certains peuvent même en mourir. Alors, vous devrez le rendre inaccessible à vos animaux. N’oubliez pas que le flair de nos animaux, particulièrement nos chiens, est pas mal meilleur que le nôtre.

Les fleurs sont enfin sorties au Québec… Dans les supermarchés! Certaines fleurs peuvent être dangereuses pour nos animaux domestiques, particulièrement celles de la famille des lys. Pour en savoir plus, consultez le site de Pet Poison Helpline :
(http://www.petpoisonhelpline.com/pet-owners/basics/top-10-plants-poisonous-to-pets/ )