Archives pour la catégorie Furet

PROTÉGER LES CINQ LIBERTÉS AFIN D’ASSURER LE BIEN-ÊTRE ANIMAL

Introduction

Chaque année depuis plus de 30 ans l’Association canadienne des médecins vétérinaires organise la Semaine de la vie animale. Cette année, elle aura lieu du premier au sept octobre.

Le thème de cette année souligne les Cinq libertés fondamentales dont les animaux ont besoin pour survivre et s’épanouir.

Le thème de cette année nous offre l’occasion de rappeler aux propriétaires d’animaux (pas uniquement des animaux de compagnie) les éléments fondamentaux qu’ils doivent fournir aux animaux confiés à leurs soins afin d’assurer qu’ils mènent une vie heureuse et en santé.

Même si beaucoup pensent connaitre les facteurs qui peuvent rendre un animal heureux, il est bon de se les faire rappeler de temps à autre et la semaine de la vie animale est une bonne occasion pour le faire.SEMAINE VIE ANIMALE

Origine des cinq libertés ?

Selon l’OIE (l’Organisation mondiale de la santé animale), le bien-être animal « désigne la manière dont un animal évolue dans les conditions qui l’entourent ».

Les principes directeurs de l’OIE en matière de bien-être animal se réfèrent également aux « cinq libertés fondamentales » universellement reconnues, énoncées en 1965 pour décrire les droits des animaux placés sous la responsabilité humaine.

En 2002, à la demande de ses États membres (dont fait parti le Canada) et constatant que la santé des animaux est une composante fondamentale de leur bien-être, l’OIE a élargi son mandat pour y inclure les normes sur le bien-être animal.

Les premières normes intergouvernementales de l’OIE sur le bien-être animal ont été publiées en 2005.

Les normes adoptées portent sur le bien-être des animaux terrestres et des poissons d’élevage dans des configurations précises.

Elles sont régulièrement actualisées en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques.

Les normes de l’OIE sont adoptées de manière consensuelle par l’Assemblée mondiale des Délégués nationaux de l’OIE, ce qui signifie que tous les États membres s’engagent à les appliquer au niveau national, indépendamment de leur situation culturelle et économique.

Les Cinq libertés animales

Les propriétaires d’animaux peuvent protéger les Cinq libertés animales en :

  1. Fournissant une nutrition appropriée

Prévenir la faim et la soif en fournissant de l’eau fraiche et des aliments afin d’assurer une santé vigoureuse.

  1. Offrant une socialisation appropriée

Donner la possibilité de passer du temps avec ou sans les membres de leur espèce en fonction de leurs besoins.

  1. Procurant un hébergementapproprié

Fournir un environnement approprié qui comprend un abri et une aire de repos confortable afin d’éviter l’inconfort.

  1. Fournissant des soins vétérinairesappropriés

Favoriser l’absence de douleurs, de blessures ou de maladies par la prévention ou un diagnostic et un traitement rapides.

  1. Permettant aux animaux de manifester un comportement normal

Promouvoir la possibilité d’exprimer un comportement normal en fournissant suffisamment d’espace, des installations adéquates ainsi que les outils et les accessoires nécessaires et en ne punissant pas les animaux lorsqu’ils manifestent des comportements indésirables.

Conclusion

Vous voulez que vos animaux soient heureux ? Vous devez alors protéger leurs cinq libertés fondamentales.

Toutes les provinces ont des organisations qui font la promotion et assurent la protection du bien-être animal. La plupart de ces organisations sont sous-financées et ont besoin de bénévoles et de dons. N’hésitez pas à les supporter.

Liens utiles

OIE Bien-être animal

http://www.oie.int/fr/bien-etre-animal/la-sante-animale-dun-coup-doeil/

Association canadienne des Médecins Vétérinaires : Semaine de la vie animale 2017

https://www.veterinairesaucanada.net/practice-economics/animal-health-week-current

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.
Publicités

FRUITS ET LÉGUMES : CE QUI EST SÉCURITAIRE ET CE QU’IL NE L’EST PAS POUR NOS CHIENS.

INTRODUCTION

Plusieurs aliments qui se retrouvent dans nos frigos et garde-manger ne devraient jamais être donnés à nos chiens. Par ailleurs, plusieurs des aliments familiers peuvent leur être offerts. Quels sont-ils? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Ce blogue portera principalement sur les chiens, car ils sont les plus susceptibles de manger toute sorte de choses, pour ne pas dire n’importe quoi!  Mais quand ce sera indiqué, nous ferons une parenthèse en ce qui a trait aux aliments qui ne devraient pas être consommés par nos chats, lapins et oiseaux.

FRUITS ET LÉGUMES

AVERTISSEMENT!

Attention, ce n’est pas parce que nous recommandons un fruit ou un légume, qu’on doit exagérer dans la quantité à donner…  On parle ici de petits morceaux, principalement utilisés comme gâteries.

Dans certains cas, nous pouvons en donner un peu plus, nous le verrons.

Par ailleurs, tous les chiens ne sont pas égaux. Certains ne tolèreront pas certains fruits ou légumes, car ils vont entraîner des vomissements. Si c’est le cas, abstenez-vous.

Pour ne pas déséquilibrer, la diète de nos chiens, la quantité de légumes et fruits doit être moins que 10 % de sa diète totale. De plus, à  cette quantité, les risques de causer des problèmes urinaires chez certains chiens prédisposés à faire de pierres dans la vessie sont presque nuls.berries-blueberries-raspberries-fruit-122442

Cependant, il pourrait y avoir des contrindications si votre chien souffre de certaines maladies, alors parlez-en à votre vétérinaire.

Fruits et légumes populaires qui ne présentent pas de problèmes :

-FRUITS

POMMES

  1. OK. Les pommes sont une excellente source de vitamines A et C, ainsi que des fibres. Ils sont pauvres en protéines et en matières grasses, ce qui en fait une bonne gâterie pour les chiens âgés.  Ne donnez pas le cœur à cause du risque d’étouffement.

BANANES

Ok. Mais en très petite quantité, car elles sont passablement caloriques.Les morceaux de bananes séchées peuvent être utilisés comme gâteries pour les lapins.

OK pour les oiseaux, mais en très petite quantité.

MELON D’EAU

Ok. Très populaire durant la belle saison, on peut en donner de petits morceaux, mais on doit enlever l’écorce et les graines.

OK pour les oiseaux.

PETITS FRUITS (Fraises, bleuets, framboises)

Ok. Encore une fois avec modération pour les framboises et les fraises à cause du sucre. Il est capital de bien laver les petits fruits avant de les offrir.

Les fraises déshydratées peuvent être offertes avec parcimonie aux lapins comme gâterie.

ORANGES ET CLÉMENTINES

Ok. Sans la pelure et les pépins.

Les agrumes sont d’excellents fruits à offrir à vos oiseaux

KIWI

Ok. Mais sans la pelure.

Le meilleur fruit à offrir à vos oiseaux et à vos cochons d’Inde (à cause de la Vitamine C).

-LÉGUMES

BROCCOLI

  1. OK. Mais en petite quantité, car peut entraîner des vomissements à cause des isothiocyanates qu’ils contiennent et qui peuvent causer des irritations gastriques.

CONCOMBRE ET CÉLERI

Ok. Très peu caloriques.

CAROTTES

Ok. Mais avec modération à cause du contenu en sucre.

TOMATES

  1. OK. Mais assurezz-vous que ce ne soit uniquement le fruit qui soit offert et non la tige qui contient de la solanine, qui peut être toxique lorsqu’ingéré en grande quantité.

FÈVES VERTES

  1. OK. En quantité limitée. Certains chiens les préfèrent al dente!

Fruits et légumes populaires qui devraient être évités:

-FRUITS

RAISINS (et groseilles)

NON!  Les raisins peuvent causer des insuffisances rénales aigües.

Tous les types de produits contenant des raisins ou des raisins secs (y compris le jus de raisin, les mélanges de randonneurs, les bagels, etc.) peuvent provoquer une insuffisance rénale. Même bio, sans pesticides, les raisins cultivés dans les jardins domestiques peuvent entraîner une toxicité. Bien que le mécanisme d’action ne soit pas clairement compris, ces fruits peuvent entraîner une anorexie, des vomissements, une diarrhée et une insuffisance rénale aigüe potentiellement sévère (qui se développe plusieurs jours plus tard). La toxicité n’est pas nécessairement dépendante de la dose, et des symptômes peuvent se produire même avec de petites ingestions.

CERISES

Non. En fait, le fruit lui-même n’est pas toxique, mais les feuilles, les tiges et les noyaux contiennent du cyanure. Cependant, les quantités ne sont pas élevées et les noyaux doivent être broyés afin de libérer les précurseurs toxiques…

Alors par précaution, on est mieux de les éviter.

AVOCAT

Non. Le noyau, la peau et les feuilles d’avocats contiennent de la persine, une toxine qui provoque souvent des vomissements et de la diarrhée chez les chiens. L’intérieur charnu du fruit n’a pas autant de persine que le reste de la plante, mais c’est encore trop pour les chiens.

Très toxique pour les oiseaux et les lapins. Donc à éviter.

-LÉGUMES

KALE

Non. Car de très petites quantités peuvent causer des vomissements chez certains chiens et nous .ne savons pas pourquoi

CHAMPIGNONS

Non. Évitez les champignons sauvages, il y en a trop de toxiques. À moins d’être un mycologue expérimenté, vaut mieux être prudents.

Quant aux champignons vendus dans le commerce, les champignons de Paris seraient OK et selon plusieurs mycologues, les seuls pouvant être mangés crus de façon sécuritaire.

Principe de précaution : ne pas donner de champignons.

ASPERGES

Non. Mais pas parce qu’elles sont toxiques. Crues , elles sont trop ligneuses et difficiles à mâcher et cuites, elle sont molles et présentent peu d’intérêt alimentaire. Ce n’est pas le meilleur légume.

OIGNON, AIL, POIREAU, CIBOULETTE

Non. Peuvent provoquer de l’irritation gastro-intestinale et pourraient conduire à  des lésions des globules rouges : anémie.

Bien que les chats soient plus sensibles, les chiens sont également à risque si une grande quantité est consommée. Une faible dose occasionnelle, comme ce qui peut être trouvé dans les aliments ou des friandises pour animaux de compagnie, ne sera probablement pas  un problème, mais par précaution, on ne devrait pas en donner à nos animaux.

NOIX DE MACADAM

Non. Les noix de macadam sont couramment utilisées dans de nombreux biscuits et bonbons. Cependant, ils peuvent causer des problèmes pour votre chien. Ces noix peuvent causer de la faiblesse, dépression, vomissements, tremblements et de la fièvre chez les chiens. Les signes apparaissent généralement dans les 12 heures suivant l’ingestion et durent environ de 12 à 48 heures.

Lien utile :

Centre antipoison Pet Poison Helpline ( en anglais)

http://www.petpoisonhelpline.com/

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

Boutique en ligne.

Saviez-vous que vous pouvez désormais profiter des avantages de la livraison à domicile des médicaments et des diètes sur ordonnance pour votre animal de compagnie, ainsi que d’une vaste gamme de produits en vente libre? Nous sommes certains que vous apprécierez le confort d’acheter en ligne les médicaments et les produits pour vos animaux, ainsi que la commodité de les faire livrer directement à votre domicile. Notre personnel compétent et expérimenté est prêt à vous aider à trouver les meilleurs produits sanitaires pour votre animal de compagnie. Nous nous engageons à étendre ce service en livrant des produits de grande qualité et approuvés par les médecins vétérinaires directement à votre porte.

Connectez-vous dès maintenant pour réapprovisionner les produits de votre animal de compagnie ou vérifier l’état de votre commande. e-commerce-402822_960_720

Si vous êtes un client enregistré, accédez à votre compte en utilisant le lien fourni dans votre courriel de rappel de réapprovisionnement, ou en inscrivant vos coordonnées dans la boîte de connexion sur cette page.

Si notre boutique en ligne est toute nouvelle pour vous, veuillez nous contacter et nous serons ravis de vous enregistrer. Ou cliquez sur le lien ci-contre pour nous faire savoir que vous souhaitez vous enregistrer afin de recevoir un mot de passe pour notre vitrine en ligne.

S’inscrire à Ma Vitrine Vétérinaire

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

Le retour des tiques (Mise à jour)

Maintenant que le beau temps est réapparu, enfin presque… les désagréments de l’été sont aussi de retour.

Aujourd’hui, nous voulons vous parler d’un acarien, la tique. À la fin des années 70, ces bestioles étaient pratiquement inexistantes au Québec. Lorsque les parasitologues nous en parlaient lors des cours, c’était principalement pour nous avertir qu’elles existaient bel et bien, particulièrement au sud de nos frontières et sur la côte ouest. Les choses ont bien changé. On sait maintenant que la tique responsable de la transmission de la maladie de Lyme peut maintenant compléter son cycle de reproduction au Québec et de plus en plus de chiens sont admis en consultation à cause des tiques.

Tique trouvée sur un de nos patients.

Tique trouvée sur un de nos patients.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, la tique qui se nourrit du sang de ses victimes (mammifères, oiseaux, reptiles…) ne le fait pas comme le maringouin. Le moustique pique sa victime, se gorge de sang et s’en va une fois le repas complété. La tique elle, pique sa victime et y reste accroché longtemps. Particulièrement les femelles qui ont besoin de beaucoup de sang pour pouvoir pondre jusqu’à 3,000 oeufs. Les parties buccales qui sont insérées dans la peau de la victime y retiennent fermement l’acarien, qui ne risque pas de tomber facilement.

Alors la question à 100,000 $. Que doit-on faire lorsque l’on trouve une tique sur notre animal?

Il est maintenant prouvé que le retrait rapide de la tique est probablement la meilleure façon de prévenir la transmission de maladies. Mais il ne faut pas le faire n’importe comment. Plusieurs outils sont offerts pour effectuer le retrait de la tique. Quel que soit celui utilisé, il est important de saisir la tique le plus près possible de la peau. Par la suite, tirez vers le haut avec une pression ferme, mais constante (pas de secousse!). Une fois enlevée, il faut bien nettoyer la plaie avec un savon désinfectant. La chlorhexidine est un bon choix. Conservez la tique dans un contenant sec aux fins d’identification.

Évitez de tirer brusquement, d’écraser la tique ou d’utiliser vos doigts pour l’enlever. Si vous utilisez une pince, elle doit être assez fine pour saisir les parties buccales sans écraser la tique. Si les pièces buccales restent coincées dans la peau, une infection peut se produire.

En cas de doute, donnez un coup de fil à votre vétérinaire.

Il existe maintenant des nouveaux comprimés sécuritaires qui préviennent les infestations de tiques et de puces chez les chiens. Si jamais vous vivez dans un environnement où les tiques sont présentes nous vous recommandons fortement de les administrer à votre chien pendant la saison des tiques, c’est à dire de juin jusqu’à la fin novembre. Mais soyez prudents! Des produits à base de perméthrine (appliqués sur  la peau), qui sont toujours en vente, sont très toxiques pour les chats et ne devraient pas être utilisés chez ces animaux ou dans une maison où chiens et chats cohabitent. Ce n’est pas le cas pour les nouveaux produits anti-tiques et puces oraux.

La maladie de Lyme étant en pleine progression au Québec, les vétérinaires de la Clinique Vétérinaire Lachine vous recommandent de faire faire un test de dépistage à votre chien pour cette maladie. Cela peut être fait lors du test de dépistage du ver du cœur.

 En conclusion, les vétérinaires de la clinique vétérinaire Lachine recommandent de traiter vos chiens de façon préventive contre le ver du cœur, les parasites intestinaux, les puces et les tiques, et vos chats d’extérieur contre le ver du cœur , les parasites intestinaux et les puces, au moins une fois par mois du mois de juin au mois de novembre inclusivement.

Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe médicale de la Clinique (514-634-4190), qui se fera un plaisir de vous assister.

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

 

Sapin de Noël et vos compagnons! Mise en garde des vétérinaires de Lachine

Les vétérinaires de Lachine partagent quelques recommandations. 

Quoi de plus intéressant pour un chat, un chien, un furet, un lapin et même un oiseau qu’un joli arbre scintillant et plein de décorations?

Les vétérinaires de Lachine vous suggèrent de prendre quelques précautions pour éviter de passer une partie de vos journées de congé chez le vétérinaire!

Quoi de plus intéressant pour un chat, un chien, un furet, un lapin et même un oiseau qu’un joli arbre scintillant et plein de décorations?

Quoi de plus intéressant pour un chat, un chien, un furet, un lapin et même un oiseau qu’un joli arbre scintillant et plein de décorations?

Solidifier votre sapin :

Installer votre sapin dans un coin, idéalement loin de tout objet qui pourrait aider vos compagnons a y accéder.  Assurez-vous qu’il est bien attaché, et solide. Car certains curieux pourraient décider d’y grimper!

Ajouter une forteresse :

Vous pouvez également ajouter un enclos ou clôture autour de votre sapin, bien que pas très esthétique, ceci est très efficace.  Une autre alternative, spécialement intéressante et efficace pour les chats est d’utiliser le Ssscat® de Multivet. Ce dispositif possède un détecteur de mouvements qui avertit votre compagnon qu’il approche d’une zone interdite. Si celui-ci décide de s’approcher davantage, le dispositif envoie alors un jet d’air sans odeur vers votre compagnon.

Attention aux décorations :

Les vétérinaires de Lachine vous suggèrent d’éviter de mettre des décorations dans le bas du sapin, question d’éviter les tentations.  Même chose avec les lumières, vos compagnons pourraient gruger les fils électriques. Voici quelques trucs à éviter :

–       Glaçons : Si ingérés ils peuvent causer de graves problèmes.

–       Boules de Noël en verre : Privilégiez les boules incassables.

–       Fils électriques : Dissimulez les fils autour de votre sapin.

–       Décoration trop petite : Qui pourrait facilement être ingérée.

–       Fils ou petits rubans : Peuvent causer les mêmes problèmes que les glaçons.

–       Crochets : Assurez-vous qu’ils sont bien solides et que les décorations sont bien attachées.

–       Eau stagnante : Si vous avez un sapin naturel, assurez-vous que le réservoir d’eau soit hors de portée pour vos compagnons.

Surveillance est de mise :

Observez bien vos compagnons durant les premières heures après avoir monté votre sapin. Faites tous les ajustements nécessaires si vous découvrez quelques failles à votre forteresse! Mieux vaut prévenir, et vous pourrez ainsi passer un temps des fêtes sécuritaire.

Vous avez d’autres trucs? Communiquez avec nous!

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

Semaine de la santé animale du 28 septembre au 4 octobre 2014

En cette Semaine de la vie animale, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et l’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) aimeraient attirer l’attention sur le rôle important que jouent les vétérinaires pour préserver la santé des animaux et, en retour, celle des humains grâce à l’utilisation appropriée des antibiotiques.

Visitez ce lien pour plus d’information!

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.

Récompenser ou punir? Les vétérinaires de Lachine vous expliquent

L’éducation selon les vétérinaires de Lachine.

Nous sommes toujours surpris qu’en 2014, encore beaucoup de propriétaires d’animaux de compagnie punissent rapidement leurs animaux, et hésitent à les récompenser.

 Il est même prouvé que lors de l’entraînement d’un chien, d’un chat ou d’un oiseau, les récompenses sont beaucoup plus efficaces que les punitions.

Il est même prouvé que lors de l’entraînement d’un chien, d’un chat ou d’un oiseau, les récompenses sont beaucoup plus efficaces que les punitions.

Comme si le fait de les récompenser était pour « gâter » l’animal, un peu comme on gâte un enfant… Il n’en est rien! Il est même prouvé que lors de l’entraînement d’un chien, d’un chat ou d’un oiseau, les récompenses sont beaucoup plus efficaces que les punitions. Il est vrai que plusieurs s’interrogent sur le type de récompense à donner : caresses ou friandises, mais tous s’accordent pour dire qu’il ne faut pas hésiter à récompenser son animal.

Les vétérinaires de Lachine vous posent la question suivante : lors de l’apprentissage, est-il possible de bien punir son animal? Si jamais vous n’êtes pas certain de bien punir, il est mieux de ne pas le faire, et de se contenter de récompenser les comportements positifs.

La synchronisation est aussi primordiale pour la récompense que pour la punition. Voici un exemple. Supposons que vous avez un nouveau chiot et que vous l’entraînez à la propreté. Vous sortez avec lui à l’extérieur, vous lui dites de faire ses besoins et par pur hasard il s’exécute. C’est à ce moment-là qu’il doit être récompensé : bon chien, une caresse ou une friandise, ou encore mieux les trois! L’animal doit associer le fait de faire ses besoins, ou tout autre comportement désiré, avec le renforcement positif de la récompense. Par contre si votre chiot a fait un petit besoin dans la maison et que vous ne l’avez pas pris sur le fait, ignorez l’incident tout simplement. Pour avoir du succès, il doit être surpris, et non terrorisé, sur le fait. L’intensité doit être adéquate sans exagération. Les vétérinaires de Lachine remarquent que très peu de gens utilisent la correction de façon appropriée. Toute punition doit être effectuée uniquement si l’on peut surprendre l’animal sur le fait au début du comportement (premières 30 secondes du début de la séquence du comportement). On doit faire un bruit qui va le surprendre et l’interrompre. Toute punition effectuée plus tard, enseigne à l’animal à se cacher pour effectuer le comportement en question. Le bruit doit interrompre le comportement sans le terrifier, ce qui pourrait le rendre craintif. Lorsque c’est possible, faites un bruit qui va le surprendre sans qu’il sache d’où il vient.

Si vous ne pouvez surprendre l’animal chaque fois qu’il commet son comportement indésirable, la punition ne fonctionnera pas. Les vétérinaires de Lachine vont vous donner un autre exemple pour illustrer leur propos. On nous a déjà collé des contraventions pour excès de vitesse. Donc, on nous a punis pour avoir eu un comportement déviant. Cependant, nous devons avouer bien honteusement qu’il nous arrive encore de dépasser la vitesse limite permise quand nous conduisons. Pourquoi? Tout simplement parce que nous ne nous faisons pas épingler à chaque fois. Si nous étions punis toutes les fois où nous dépassions la limite de vitesse permise, il est fort à parier que nous conduirions beaucoup plus prudemment… Alors, lors de l’entraînement de vos animaux de compagnie, utilisez principalement le renforcement positif : récompensez les comportements désirés et ignorez les comportements indésirables.

En passant, lors de l’entraînement, les vétérinaires de Lachine vous expliquent qu’il existe une technique toute simple pour utiliser les récompenses avec succès et pour ne pas en devenir esclave. C’est d’ailleurs le principal argument des gens qui sont contre les récompenses. La règle d’or est qu’en début d’apprentissage, on donne une récompense (ça peut être une caresse, mais nous préférons une petite friandise santé qui est particulièrement aimée par l’animal) chaque fois que l’animal fait le comportement désiré. Assis reste, etc. Une fois que l’animal a bien compris le commandement, on commence à donner les récompenses de façon aléatoire (une fois sur deux, deux fois sur 3, une fois sur quatre…) puis à la longue, on cesse de donner la récompense.

Vous voyez, c’est simple. Mais si vous avez besoin de plus de conseils, n’hésitez pas à en jaser avec les vétérinaires de Lachine! Alors propriétaires d’animaux de compagnie : punissez peu et récompensez bien!

À propos de la clinique : La Clinique Vétérinaire Lachine offre un service personnalisé hors pair aux propriétaires d’animaux de compagnie de Lachine, LaSalle, Dorval et Pointe-Claire, mais aussi de tout l’Ouest-de-l’Île de Montréal (West Island) et de Laval, et ce, depuis 1982.